La ruche des femmes mayas

En 2021, sous l’impulsion de la Fondation Monique Desfosse, l’association française Arutam, en partenariat avec l’association mexicaine Colectivo Ta Naayta, a appuyé un groupe de 8 femmes mayas des villages de Yalcoba et Yax-Hal qui partageaient la même envie: faire revivre un savoir-faire ancestral afin de sauver des abeilles endémiques d’Amérique centrale de l’extinction. Les abeilles mélipones représentent un héritage écologique et culturel important pour les Mayas du Yucatan. Actuellement en voie de disparition en raison de facteurs tels que le changement climatique, l’urbanisation, l’agriculture intensive, la déforestation, l’introduction d’abeilles plus productives qui épuisent leur source de nourriture, etc., ces abeilles étaient les seules présentes sur le territoire avant l’introduction des abeilles européennes suite à la colonisation espagnole. Utilisé généralement à des fins cérémonielles et médicinales (problèmes cutanés, oculaires, digestifs, respiratoires), ce miel revêtait un caractère sacré pour les anciens Mayas. L’activité de méliponiculture se réalise au sein de l’espace domestique (ces abeilles n’ont pas de dard et sont sans danger) et représente ainsi une réelle opportunité économique pour les femmes mayas tout en participant à leur autonomisation.

Pour 2022, les objectifs sont ambitieux : doubler le nombre de bénéficiaires, multiplier les colonies, récolter le miel, apprendre à fabriquer des produits artisanaux à base de miel (savons, sirops), intégrer le groupe de femmes et leurs abeilles dans les activités écotouristiques et culturelles, organiser des rencontres avec d’autres éleveurs de la région. Pour la réalisation de cette étape, Arutam a besoin d’un coup de pouce pour boucler son budget: Autonomie des femmes mayas & réhabilitation du savoir de la méliponiculture (helloasso.com)