Saison 2022 :

Association qui œuvre à la promotion et à la défense du cinéma documentaire, notamment par l’organisation, aux côtés de la BPI, du festival Cinéma du réel, présentation annuelle faite au public de films documentaires français et internationaux, soutenue par de prestigieux partenaires tels que la BULAC. Elle met en place des actions susceptibles d’accroître l’audience et les ressources du cinéma documentaire et d’assurer son rayonnement international. Elle facilite les rencontres de réalisateurs du monde entier, par la diffusion de toute information sur les films entrant dans le cadre du festival et par la promotion et la défense du cinéma documentaire, en France comme à l’étranger, en-dehors du festival lui-même. Projet soutenu : Prix des détenus de la maison d’arrêt de Bois d’Arcy à l’occasion de la 44ème édition de Cinéma du Réel, du 11 au 20 mars 2022. Ce prix, décerné par un jury de détenus et de personnes issues de la société civile à un court métrage issu des sélections internationale et française, a été créé en 2013 avec la Maison d’arrêt de Fresnes puis repris en 2017 par la maison d’arrêt de Bois d’Arcy. Il était, jusqu’à maintenant, le seul de tous les prix remis lors du festival à ne pas être doté. La FMD est particulièrement heureuse de rétablir l’équilibre, tant pour le jury que pour le cinéaste. Grâce à un partenariat entre les organisateurs et l’association Les Yeux de l’Ouïe, les visionnages et temps d’échange entre les membres du jury sont filmés et montés sous la forme de pastilles vidéo conçues et réalisées avec les détenus.

Association qui se propose 1/ de rompre l’isolement social des plus âgés, 2/ de relier histoires et territoires et 3/ d’agir pour la compréhension du monde entre générations, en créant des rencontres entre générations, en faisant des plus jeunes les collecteurs des petites histoires d’antan et d’enfance des plus âgés, en conservant la trace de ces histoires et en les rendant accessibles. Projet soutenu : En 2022, l’association souhaite créer un pôle recherche-action afin de pouvoir augmenter ses capacités réflexives et documenter ses démarches. Pour cela, elle souhaite établir des partenariats de recherche avec des laboratoires et associations qui créent des passerelles entre des docteurs de toutes disciplines scientifiques et des acteurs de l’innovation sociale. Ainsi, par le biais de ce pôle recherche-action, l’association souhaite répondre aux sujets suivants : 1/ En quoi le partage d’histoires vécues participe-t-il à renforcer l’estime de soi, les liens sociaux et la mémoire des personnes âgées? 2/ En quoi ce partage conduit-il à repenser la place de chacun dans la société et les liens de transmission ?

Association qui lutte contre les violences faites aux femmes, aux minorités dites de genre et aux travailleurs et travailleuses du sexe. Son principe de gouvernance repose sur la co-construction avec les bénéficiaires afin de mieux les accompagner et les inclure plutôt que de les incriminer et les stigmatiser. Son action se fonde sur la convergence des luttes et la solidarité entre personnes concernées par la violence. Ses objectifs sont l’accès aux droits, à la santé et à la culture par la prise de parole et l’action responsable de toutes et tous. Projet soutenu :  Développer la méthode dite de l’« aller vers numérique » auprès des jeunes pour en faire un outil privilégié d’information, de prévention et de réduction des risques. Le projet s’appuie sur le « Projet d’Avis sur la prévention et la lutte contre la prostitution, la traite à des fins d’exploitation sexuelle des mineurs » de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme et tourne autour de 3 axes fondamentaux : 1/Améliorer l’identification des personnes concernées et la qualification des termes en fonction des situations. 2/Assurer l’inconditionnalité de l’accompagnement des victimes présumées et avérées. 3/ Renforcer la prévention des situations et des comportements à risques.

  • Episode 4: LES FEES DE LA CÔTE

Les Fées de la Côte est une toute jeune association bretonne dont le but est d’accompagner et de promouvoir une multitude d’artistes et d’auteurs dans leurs parcours et projets artistiques, tels que des écrivains, des peintres, des danseurs, des photographes, des metteurs en scène, etc. Elle encourage les initiatives citoyennes portées par des artistes, des projets qui parlent de thématiques actuelles par le biais de démarches créatives et culturelles. Les valeurs humanistes et ouvertes sur le monde sont privilégiées. Projet soutenu: Une Rance à Soi, le tout premier projet de l’association dont le titre est inspiré d’une œuvre majeure de Virginia Woolf, est une exposition artistique gratuite, ouverte à tous, de portraits photographiques et sonores, dont la vocation est la mise en lumière de femmes nées à l’étranger, déracinées plus ou moins brutalement et qui, portées par leur courage et l’accueil que leur a réservé un territoire, ont trouvé la force de développer de nouvelles racines dans la Vallée de la Rance. En ces temps chaotiques, cette exposition nous rappelle opportunément que l’exil est en couple avec l’accueil, que les femmes sont porteuses de paix, d’intelligence et de beauté et que l’art et la culture sont, avec l’éducation, le seul terreau de la démocratie et de la tolérance. En juillet, août, septembre 2022 à St Malo.

Champ libre ne recule devant rien ! Normal, le nom de cette association ne doit rien au hasard. Son ambition ? Créer des rencontres entre des personnes qui appartiennent à des univers tellement différents que, sans un petit coup de pouce, leur chance de se croiser dans la vie est quasiment nulle : d’un côté, des personnes isolées au sein de la société car vivant dans des lieux privatifs de liberté ou éloignés de la norme et de l’autre, des personnes désireuses de partager leur métier, leur savoir, leur passion : astrophysique, yoga, cuisine, mathématiques, archéologie, champignons, etc. Les buts du projet associatif sont multiples: lutter contre l’exclusion, faciliter l’accès à la culture et au débat citoyen, favoriser le maintien ou le développement du lien social, décloisonner, prévenir les processus de marginalisation sociale, améliorer le vivre ensemble, briser les préjugés, démocratiser les savoirs, favoriser l’insertion sociale des personnes détenues ou isolées, sensibiliser aux questions carcérales et psychiatriques, lutter contre le manque d’information et la désinformation, contribuer au renouvellement des formes d’engagement citoyen, répondre au désir d’engagement d’un public éloigné du monde associatif. Projet soutenu : Développement des actions dans le champ psychiatrique. La nature principale du projet est d’organiser des activités qui entendent répondre à une double problématique : d’une part, œuvrer à limiter les effets néfastes de l’isolement sur les publics bénéficiaires en leur proposant des temps de rencontre de qualité avec des amateurs ou professionnels passionnés ; d’autre part, rendre visible et audible par le grand public la réalité de ce milieu et de ces parcours de vie souvent invisibilisés ou discriminés, via l’organisation d’apéro’pops dans des lieux sympas de la capitale!